Rétinopathie diabétique et oedème maculaire

Source : Livret élaboré par les Laboratoires NOVARTIS – En collaboration avec l’Association française des diabétiques et l’Association Rétina France.

Diagnostic : Seul un ophtalmologiste peut poser le diagnostic de rétinopathie diabétique et d’œdème maculaire diabétique, il est le seul à décider du traitement qui vous est le plus approprié, et qui décidera de la fréquence des contrôles à effectuer.

1 – Qu’est-ce que la rétinopathie du diabétique ?

La rétinopathie est un terme qui désigne toutes les affections qui touchent la rétine. Si cette atteinte est secondaire au diabète, on parle de rétinopathie diabétique.

Aujourd’hui la rétinopathie diabétique est une cause majeure de perte de vision. Chez le sujet âgé, elle est la quatrième cause d’atteinte oculaire, après la cataracte, le glaucome et la DMLA. Elle est même la première cause de cécité avant 50 ans dans les pays développés.

La rétinopathie diabétique apparait en moyenne après une quinzaine d’années d’évolution du diabète. Elle est d’autant plus fréquente que le diabète est mal équilibré et est en principe empêchée par un bon contrôle des glycémies. En effet, l’excès de sucre dans le sang peut abîmer les petits vaisseaux sanguins au niveau des yeux.

2 – Quelles sont les conséquences éventuelles de la rétinopathie du diabétique sur ma vision ?

La rétinopathie diabétique se développe insidieusement ; le malade ne perçoit pendant longtemps aucun symptôme. Petit à petit, des troubles peuvent apparaître comme une baisse de la vision. C’est pourquoi un dépistage annuel systématique est conseillé.

3 – Comment se développe la rétinopathie diabétique ?

La rétinopathie diabétique se développe sur 2 modes évolutifs, souvent associés : d’une part l’ischémie, d’autre part l’œdème.

Quand certains vaisseaux sanguins de la rétine « se bouchent », le sang ne peut plus arriver à la rétine : on parle alors d’ischémie rétinienne observée dans certaines rétinopathies diabétiques.

L’excès de sucre dans le sang peut dégrader, fragiliser la paroi des vaisseaux sanguins, entrainant une perte d’étanchéité : des liquides peuvent donc s’échapper et venir s’accumuler dans la rétine provoquant un épaississement de celle-ci. Si cela se produit au niveau de la macula, on parle d’œdème maculaire diabétique.

L’œdème maculaire (OM) correspond à un épaississement de la partie centrale de la rétine, la macula. Il est dû à une accumulation de liquide dans la rétine. On parle d’œdème maculaire diabétique ou d’OMD, si l’origine de l’OM est diabétique.

4 – L’œdème maculaire diabétique (OMD) est-il fréquent ?

L’œdème maculaire diabétique est aujourd’hui la principale cause de malvoyance chez les diabétiques en dehors de la cataracte.

Selon une étude américaine, avoir un œdème maculaire serait essentiellement lié à la durée du diabète. En effet, plus le diabète est ancien, plus le risque de développer un œdème maculaire augmenterait. De plus, la prévalence de la rétinopathie diabétique augmente avec l’ancienneté du diabète ; elle est aussi plus importante chez les diabétiques de type I que chez les diabétiques de type II, et plus élevée chez les patients diabétiques de type II traités par insuline.

5 – Quelles sont les conséquences de l’œdème maculaire diabétique sur ma vision ?

Au début, l’œdème ne provoque aucun symptôme. Petit à petit, il se développe et des troubles de la vision peuvent apparaître. En effet, quand les vaisseaux sont fragilisés et que du liquide s’accumule au sein de la rétine, celle-ci s’épaissit et les cellules visuelles fonctionnent moins bien.

Les symptômes de l’œdème maculaire diabétique sont peu spécifiques.

A la longue, l’œdème maculaire diabétique peut entraîner une baisse de la vision et votre vue peut devenir de plus en plus floue, mais cette baisse est très variable. Vous pourrez alors avoir des difficultés à percevoir les détails, à lire votre journal…

Beaucoup plus rarement, certaines images peuvent vous sembler déformées : on parle alors de métamorphopsies. Une tache grise/noire peut aussi apparaître au centre de la vision : c’est un scotome.

Malgré tous, l’œdème maculaire diabétique peut se modifier spontanément, s’il y a un meilleur équilibre de la glycémie et une baisse de la pression artérielle.

6 – Comment faut-il changer son alimentation quand on a un œdème maculaire diabétique ?

Il est possible de manger équilibré sans pour autant se priver. Comme pour tout le monde et toute personne diabétique, il est important d’essayer d’équilibrer et de varier son alimentation, mais aussi de prendre des repas réguliers.

Fruits et légumes peuvent être cuisinés de nombreuses façons différentes pour varier les plaisirs : natures, cuits à la vapeur, en papillote …

Les viandes maigres, les poissons sont également à préférer. Dans la mesure du possible, il faut limiter la consommation des aliments riches en graisses et éviter les grignotages. Boire suffisamment, (au moins 1 litre), en particulier s’il fait chaud ou lors d’activités physiques. Les boissons sucrées ne conviennent pas. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à un nutritionniste. Accompagner ces recommandations d’une activité physique régulière vous aidera à équilibrer votre diabète.

Les aliments protecteurs de la vision :

Le bon entretien de la vision et du fonctionnement de l’œil sont directement influencés par le contenu de notre assiette. Une alimentation saine, équilibrée et variée apporte des vitamines et des antioxydants. Cela permet ainsi de réduire les risques d’apparition de certains troubles de la vue et de garder, plus longtemps ses yeux en bonne santé.

Les vitamines A (rétinol, nécessaire pour la formation des pigments des cellules visuelles) C et E sont particulièrement bénéfiques pour vos yeux : une chance, elles sont présentes dans des nombreux aliments :

La vitamine A se trouve dans le foie, les carottes, les tomates, le jaune d’œuf.

Profitez des agrumes, des légumes à feuilles vertes (mâche, laitue, épinards…), des choux, des poivrons, des kiwis pour faire le plein de vitamine C

Pour la vitamine E, orientez-vous vers les noix, les amandes et le germe de blé qui en sont riches. Les huiles végétales contiennent non seulement de la vitamine E, mais aussi des acides gras oméga 3 qui semblent avoir un effet bénéfique potentiel sur l’œil.

7 – Quelles activités physiques ou de loisirs puis-je pratiquer ?

Diabétique ou non, une activité physique régulière est conseillée pour tout le monde. Le sport est bien entendu une activité physique, mais vous pouvez aussi pratiquer d’autres formes d’exercices physiques comme le jardinage, le bricolage ou les travaux ménagers.

Si cela vous est possible, pratiquez une activité au moins 30 minutes par jour, le mieux étant de l’intégrer à votre vie quotidienne. Si vous ne pouvez pas consacrer 30 minutes d’affilée à une activité physique, il est possible de faire plusieurs périodes d’au moins 10 minutes. Et si vous n’y arrivez pas ou si vous ne vous en sentez pas capable, ne vous découragez pas ! Faire un peu, c’est déjà mieux que rien du tout.

La marche est l’activité physique la plus simple à pratiquer quotidiennement, et si vous n’aimez pas marcher seul, pensez aux clubs !

Les sports déconseillés en cas de rétinopathie diabétique ou d’OMD sont ceux intenses avec possibilités de chocs violents : boxe, haltérophilie, jogging, sports de raquette.

8 – Puis-je conduire ?

Il y a des règles à observer et des examens obligatoires pour conduire lorsqu’on a un diabète sucré. Ces règles sont précisées par un arrêté paru au « journal officiel » du 14 septembre 2010, qui s’appuie sur une directive européenne d’aout 2009 concernant l’attribution et le renouvellement du permis de conduire.

Ce que dit la loi :

« Pour le diabète, parallèlement à l’instauration d’un contrôle médical régulier tous les 5 ans pour les conducteurs de véhicules légers, de nouvelles possibilités sont ouvertes pour ceux de véhicules lourds. En effet, le diabète (dit «diabète sucré») rendait incompatible jusqu’ici la conduite de ces véhicules. Désormais, les personnes qui en sont atteintes peuvent y avoir accès sous réserve d’examens médicaux à un intervalle n’exédant pas 3 ans. »

Lorsque la vision est diminuée, la conduite automobile peut être dangereuse pour vous, votre entourage et les autres usagers de la route.

C’est pourquoi il est très important d’en discuter avec votre ophtalmologiste.

9 – Puis-je voyager, prendre l’avion ?

Si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à vous évader. Essayez d’anticiper votre séjour afin qu’il se déroule dans de bonnes conditions, ce n’est pas parce que vous avez une rétinopathie que vous devez vous priver de voyager, mais n’oubliez pas auparavant vos contrôles réguliers chez votre ophtalmologiste et votre médecin.