Montpellier : deuxième marche pour la vue, le 15 octobre

 

Opération Centenaire de la Fédération Nationale des Aveugles de France : dimanche 15 octobre 2017, deuxième marche nationale pour la vue à Montpellier.

Les associations Montpelliéraines dédiées à la déficience visuelle, soutenues par la Ville de Montpellier, organisent avec  les Lions Clubs et en collaboration avec les chercheurs en ophtalmologie, le dimanche 15 Octobre, la deuxième édition de la marche nationale pour la vue, place de la Comédie.

Cette marche d’envergure nationale, à l’initiative de l’IRRP, Information Recherche Rétinite Pigmentaire, permettra  comme l’an dernier aux marcheurs d’œuvrer ensemble pour une cause commune : aider la recherche à vaincre les pathologies de la vue.

Venez nombreux  soutenir cette action  en  participant à une journée festive, conviviale et familiale. La marche est ouverte à tous publics, rejoignez-nous dès 9h30  place de la Comédie.

Deux parcours proposés pour découvrir le patrimoine historique de Montpellier.

Participez aux kilomètres solidaires, Ensemble, faisons avancer la recherche.

 

Pour toute information, contact : 06 77 02 94 16

Dimanche 15 Octobre, deuxième marche nationale pour la vue à Montpellier

 

Les associations Montpelliéraines dédiées à la déficience visuelle, soutenues par la ville de Montpellier, organisent avec  les Lions Clubs et en collaboration avec les chercheurs en ophtalmologie, le dimanche 15 Octobre, la deuxième édition de la marche nationale pour la vue,  Esplanade Charles de Gaulle.

Cette marche d’envergure nationale, à l’initiative de l’IRRP ( Information Recherche Rétinite Pigmentaire), permettra  comme l’an dernier aux marcheurs d’oeuvrer ensemble pour une cause commune : aider la recherche à vaincre les pathologies de la vue.

Venez nombreux  soutenir cette action  en  participant à une journée festive, conviviale et familiale. La marche est ouverte à tous publics, rejoignez-nous dès 9h30 sur l’esplanade.

Deux parcours proposés pour découvrir le patrimoine historique de Montpellier.

Participez aux kilomètres solidaires, Ensemble, faisons avancer la recherche.
Pour toute information, contact : 06 77 02 94 16

Rencontres sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Présidente de l’IRRP et non-voyante, Arielle Dumas est partie accompagnée de ses petites filles et de bénévoles sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Récit de cette marche entre Le Puy-en-Velay et Conques.
Après un passage éclair à Langogne, sous la Halle où notre ami Florent organise le vide-grenier depuis plus de 16 ans, l’entrevue avec monsieur le maire, Guy Malaval, et Isabelle Cavalier de l’office du tourisme, a concrétisé l’organisation d’ une « Marche pour la Vue » le 15 Octobre, nous sommes arrivées (Arielle Dumas, ses petites filles Malvina et Séléna, Marie-Christine et Françoise) au Puy-en-Velay pour promouvoir et faire connaître la Marche nationale pourla vue. 1000 flyers ont été distribués durant le parcours. Chaque rencontre fut un plaisir. Les personnes, à l’écoute , prêtes à participer à cette action solidaire nous ont donné beaucoup d’espoir. Au petit matin, nous sommes montées à l’assaut des dizaines de marches qui menaient à la cathédrale. Après la messe, la bénédiction des pèlerins dont nous avions revêtu l’apparence et la signature des Credenciales (carnets du pèlerin), des journalistes nous interrogèrent sur le but de notre pèlerinage. Photos à l’appui, notre action prenait forme autour de notre départ. Des articles suivirent. La première épreuve pour Arielle fut le départ du Puy, Les dénivelés des étapes suivantes ainsi que la très redoutable descente sur Conques, déclenchèrent le respect et l’admiration des autres randonneurs. Les organisateurs de la « Marche pour la Vue » à Polignac (près du Puy en Velay), Irène, Marie-Claude, Jean-Claude et Alain, nous ont accompagnées pendant plusieurs kilomètres, et l’on pouvait apercevoir des T.Shirts oranges tout au long du Camino, achetés dans les gîtes où nous avons été reçues royalement. Entre les étapes, nous avons découvert le patrimoine Français (églises,musées, châteaux), dans des villages renommée : Saugues (tendre rencontre avec la « maman des pèlerins »), Aumont- Aubrac, Nasbinal, Estaing, et Conques, où se termine notre périple, entourées de pèlerins et randonneurs et encouragées par un Frère Blanc, amoureux des Cévennes. Nous espérons que cette belle aventure amènera encore plus de participants (2000 en 2016), à la « Marche Nationale pour la Vue » qui aura lieu dans toute la France et outremer les 14 et 15 octobre 2017.

CHU de Nîmes : la communauté hospitalière rend hommage au Pr Christian Hamel

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que les médecins du CHU de Nîmes (CHUN) ont appris le décès du Pr Christian Hamel le 15 août, à l’âge de 62 ans.

 Chef de service des Maladies sensorielles génétiques au CHU de Montpellier, directeur de l’institut de neurosciences de Montpellier, chercheur Insem et cofondateur de la start-up Horama, le Pr Christian Hamel était également l’un des membres les plus actifs de l’équipe qui, en 2006, s’est lancée, à Nîmes, dans le projet de vision artificielle, autour du Dr Gérard Dupeyron et du Dr Michel Dumas. « Christian Hamel était le plus expert dans ce domaine de nous trois, il a été l’élément moteur de ce projet » témoigne avec émotion le Dr Gérard Dupeyron, praticien hospitalier honoraire et ancien chef du service d’Ophtalmologie du CHUN.

De la théorie à la pratique

10 ans après, les travaux de ce groupe de recherche informel ont débouché sur un essai clinique européen, organisé par la société Pixium, qui s’est traduit par la pose, au CHUN, de deux implants rétiniens de dernière génération en octobre et décembre 2016. La réalisation de cet essai est le fruit d’une collaboration régionale entre le CHU de Montpellier, le CHU de Nîmes et l’Institut ARAMAV : le Dr Gérard Dupeyron, coordonnant le projet, le Pr Christian Hamel ayant effectué le recrutement des patients, le Dr Didier Audemard la chirurgie et le Dr Luc Jeanjean la rééducation

Pour le Dr Gérard Dupeyron, « La communauté scientifique nationale et internationale a perdu l’un de ses plus grands chercheurs en génétique ophtalmologique ». Les médecins du CHUN prennent part à la peine de la famille du Pr Hamel à qui ils adressent leurs plus sincères condoléances.

Arielle Dumas sur les chemins de Compostelle pour promouvoir “la marche nationale pour la vue”

Afin de promouvoir la deuxième édition de “La marche nationale pour la vue” qui se déroulera le 14 ou 15 Octobre 2017, Arielle Dumas, non voyante et présidente de l’IRRP, sur un Chemin de St Jacques de Compostelle accompagnée de sa petite-fille et de trois amis randonneurs du 17 au 21 août.
Arielle Dumas partira du Puy en Velay pour arriver à Conques. Ce sera aussi l’occasion pour la présidente de l’IRRP de sensibiliser le grand public au handicap visuel.
Arielle Dumas, non-voyante depuis plus de 30 ans, présidente et créatrice de l’IRRP, s’investit dans cette association qui a pour but d’informer et soutenir les personnes atteintes de déficiences visuelles et d’apporter un soutien financier aux médecins et aux chercheurs.
A son initiative, depuis plus de 20 ans, une randonnée appelée : « la Marche pour la vue » se déroule tous les ans à Bessèges. Pour la première fois en 2016 elle est devenue « la Marche nationale pour la vue ». Cette 1ère édition a réuni 40 villes et villages et plus de 2000 marcheurs, en France et Outremer. Elle a permis de récolter et de reverser 53 000 Euros à la recherche.
Souhaitons que cette aventure porte ses fruits et multiplie le nombre de participants à cette action solidaire.
N’hésitez pas à venir encourager Arielle.
Association IRRP Présidente DumasArielle : 06 16 11 78 51 Vallmitjana Ingrid : 06 65 13 76 99 Secrétariat : 04 66 55 78 95 contact@irrp.asso.fr Site internet: www.irrp.asso.fr

Dijon, Marche pour la vue 2017

18 JUIN à DIJON

Rendez-vous au Parc « Combe à la Serpent »
Parking zone sportive 14h30

Des marches de 5 km ou 10 km !

Au fond du quartier de la Fontaine-d’Ouche, cette combe caractéristique du paysage bourguignon est, avec ses 326 hectares l’un des plus vastes parcs péri-urbains de France. Sentiers balisés pour les promeneurs, piste équestre, terrains de sport, parc animalier (daims), coins pique-nique et aires de jeux.

Les chercheurs accueillent les malades

Thématique : greffe / transplantation

Jeudi 8 juin 2017 à l’Institut de la Vision – 17, rue Moreau – Paris 12e

Pré-programme :

  • 14h : Accueil café des participants (salle de réunion)
  • 14h30 : Ouverture de la rencontre
  • 5 min : Présentation de la Mission Associations Recherche & Société de l’Inserm et le rencontre les chercheurs accueillent les malades
  • 10 min : Présentation de l’Institut de la Vision – Serge Picaud
  • 5 min par association

Présentations et visite des labos :

  • 15/20 min : Rétine artificielle – Serge Picaud (4e étage)
  • 15/20 min  : Greffe de la cornée – Alain Chédotal (4e étage)
  • 15/20 min : Cellules souches – Olivier Goureau (3e étage)
  • 15 min : Douleur oculaire / sécheresse de la cornée – Stéphane Melik (3e étage)
  • Visite du Street Lab (RDC) – Johan Le Brun

Discussion avec les participants.

INSCRIPTION (choisissez Institut de la Vision) : http://www.base-associations.inserm.fr/formations-rencontres/cam-la-transplantation-grenoble-paris-limoges

Congrès National & Assemblée Générale IRRP 2017

ENTRÉE GRATUITE & LIBRE. Réservation pour repas / hébergement, nous contacter.

En 2017, l’IRRP organise ses 33èmes Rencontres Nationales à Saint-Christol-les-Alès (Gard) les 3 et 4 juin. Le samedi 3 juin sera dédié aux conférences médicales. Des scientifiques et médecins en ophtalmologie de grandes renommées viendront rendre compte des avancées de la Recherche. Des thèmes innovants seront abordés : les implants rétiniens, thérapie génique dans les rétinopathies pigmentaires, cellules souches, réalité virtuelle, thérapie optogénétique, rééducation du handicap visuel…

PROGRAMME

VENDREDI 2 JUIN : Accueil et installation des participants

Hôtel IBIS Budget  85, Chemin de la Ferme 30380 St-Christol-Les-Alès, 08.92.68.09.58.

Dîner au restaurant “Le  Mas“ au Domaine du Serre d’Avène.
Ancienne route d’Anduze – 479, Chemin des Brusques 30380 St-Christol-Les-Alès 04.66.54.90.09

– – –

SAMEDI 3 JUIN : Journée des conférences médicales

Salle Séminaire du “NOIR ET BLANC“
Route d’Anduze, Impasse des Oliviers 30380 St Christol-Les-Alès, 04 66 54 90 09

Tout au long de la journée, exposition de stands informatifs et de matériels adaptés.

 

9h : Ouverture du congrès par Arielle Dumas, Présidente.

9h30 : Dr Serge Picaud, Directeur de Recherche à l’Institut de la Vision Paris. « Les techniques de restauration visuelle à l’Institut de la Vision à Paris : prothèses et thérapie optogénétique »

10h : Dr Jean Baptiste Deltour, Service ophtalmologique du Pr Michel Weber du CHU de Nantes. « Actualité en thérapie génique dans le traitement des rétinopathies pigmentaires »

10h30 : Dr Olivier Goureau, Directeur de recherche à l’Institut de la Vision Paris. « Cellules souches et restauration de la vision : quels espoirs ? »

11h : PAUSE

11h30 : Pr Philippe Brabet, PhD  INSERM U1051, Hôpital Saint Eloi, Institut des Neurosciences Montpellier. « Les dystrophies maculaires : quelles stratégies thérapeutiques actuellement? »

12h : Pr  Frédéric Matonti, Pr des Universités, Praticien Hospitalier Service d’ophtalmologie Hôpital Nord à Marseille. « Réhabilitation visuelle par implants rétiniens : présent et futur »

12h30 : REPAS

14h : Dr Serge Fitoussi, Directeur des Opérations cliniques, GenSight Biologics, 74 rue du Faubourg Saint Antoine à Paris. « L’optogénétique, une approche innovante pour lutter contre la rétinopathie pigmentaire »

14h30 : Dr Benjamin Mathieu, Praticien Hospitalier au CHU de Nîmes, Chirurgie de la Rétine, vitré – DMLA, Glaucome. « Actualités thérapeutiques dans la DMLA »

15h : Khalid Ishaque, Directeur Général  Pixium Vision S.A à Paris. « La vision artificielle, ce nouveau langage pour le cerveau, quelle place pour la rééducation ? »

16h : Dr Luc Jeanjean, chirurgien dans l’unité de neuro-ophtalmologie du CHU Carémeau et médecin adjoint à l’Institut Aramav à Nîmes. « Handicap visuel et numérique, imaginer la rééducation du futur »

16h30 à 17h : Dr Isabelle Marc, enseignant chercheur à l’école des mines d’Alès. « Réalité virtuelle : comment une nouvelle technologie peut aider les personnes déficientes visuelles à se déplacer »

REPAS DE GALA : L’animation musicale sera assurée par Julien Zelela et son association musicale “So Sound“. Cette association est le fruit de la rencontre des élèves et professeurs de l’Institut National des Jeunes Aveugles de Paris (INJA) autour d’un projet guidé par la passion de la musique. Elle est composée de 4 musiciens déficients visuels. Belle soirée en perspective autour d’un bon repas cévenol.

– – –

DIMANCHE 4 JUIN : Assemblée Générale

Au domaine du Serre d’Avène, Salle contemporaine
9h : Assemblée Générale Ordinaire.
12h30 : Buffet froid pris en terrasse contemporaine.
14h : Départ pour “La Ballade du Serre d’Avène“ avec visite botanique.

Prévention par l’alimentation et les oméga-3

Les pistes nouvelles ouvertes par les omega-3

Dr Isabelle Aknin – Ophtalmologiste Cannes (06400)

Peut-on par l’alimentation limiter l‘impact des maladies rétiniennes ? Telle est la question qui a été posée lors de la réunion d’Ophtabiotech qui a eu lieu à Cannes le 30 septembre 2016.

Si la nutrition ne peut pas être considérée comme causale des maladies rétiniennes, une nutrition déséquilibrée peut, dans certains cas, aggraver un équilibre déjà instable, car la rétine est malade.

Le métabolisme local est complexe, et de nombreux nutriments sont impliqués dans le fonctionnement de la rétine. Les nutriments évoqués lors de cette réunion sont les omega-3, mais ils ne sont pas seuls en cause dans le métabolisme rétinien. Il n’y a pas un, mais des omega-3, et leurs rôles au niveau rétinien se situent à plusieurs niveaux. Les omega-3 sont des éléments constitutifs des cellules rétiniennes, en particulier des photorécepteurs, dont les membranes sont largement constituées d’omega-3.

Il faut comprendre que les membranes cellulaires sont formées par une double couche d’acides gras, double couche à travers laquelle les enzymes et les transporteurs naviguent pour faire passer des nutriments de l’extérieur vers l’intérieur de la cellule, et des déchets cellulaires vers l’extérieur. Comme les omega-3 sont très souples (car polyinsaturés) leur présence dans les membranes permet un haut niveau d’échange dans tous les segments des cellules. Ainsi, 34% des photorécepteurs sont en DHA (acide docosahexaénoique). Pour réparer des photorécepteurs endommagés, il faut un apport d’omega-3 qui servira de « brique » pour la reconstruction. En tous cas, quand le métabolisme local n’est pas trop endommagé pour utiliser ces briques. Quoiqu’il en soit, même si le métabolisme est altéré, un déficit en « briques » ne pourra qu’aggraver la situation, d’où l’intérêt d’assurer un apport de bonne qualité, et en quantité suffisante.

Comprenons ici que les photorécepteurs étant des cellules nerveuses, ils ne se multiplient pas, mais qu’ils sont réparés en permanence : élimination des structures altérées, et synthèse de nouvelles structures « à neuf ». Ce mécanisme s’appelle l’autophagie. Un apport d’omega-3 est nécessaire pour permettre la réparation après élimination des molécules abimées par les phénomènes d’autophagie. L’apport des omega-3 est essentiellement alimentaire, il n’y a que 5% de recyclage local (réutilisation des omega-3 récupérés lors de la destruction des structures endommagées).

Les omega-3 jouent aussi un rôle dans la photo-transduction, c’est-à-dire les modifications moléculaires qui permettent de transformer un signal lumineux en influx nerveux. La photo-transduction a lieu en permanence, et pour que les images ne soient pas figées, le renouvellement est extrêmement rapide. La souplesse membranaire est alors essentielle.

Il a été démontré qu’une inflammation locale aggravait les maladies rétiniennes, en particulier la DMLA et la rétinopathie diabétique. Limiter cette inflammation locale est utile.

Or les omega-3 sont intéressants à plusieurs titres : certains omega-3 (EPA en particulier) sont précurseurs de molécules directement anti-inflammatoires, parce qu’ils aident les phénomènes d’autophagie, parce qu’ils sont précurseurs de molécules protectrices, comme les neuro-protectines (en particulier la neuro-protectine D1, issue du DHA).

Ils jouent un rôle de co-facteur dans la transcription cellulaire (premier stade de la synthèse des protéines, avec transcription (la lecture des ADN en ARN), puis traduction des ARN en protéines) et enfin, parce qu’ils sont directement anti-angiogéniques. Le DHA limite la migration et la prolifération des cellules endothéliales en conditions hypoxiques, comme cela a été montré par Sharma et al (ARVO 2015 Abstract #21). Les omega-3 favorisent aussi l’absorption et la fixation rétinienne des pigments maculaires, lutéine et zéaxanthine, comme cela a été montré par l’étude Limpia réalisée à Bordeaux, et publiée en 2015. (Bénédicte Merle ARVO 2015 abstract 6137). Les pigments maculaires sont des antioxydants puissants qui protègent la rétine.

Les apports nutritionnels recommandés en omega-3 ont été revus à la hausse par les experts de l’AFSSA, devenu l’ANSES : apport de DHA de 250 mg/J et d’EPA de 250 mg/J. Cela représente une valeur de l’ordre de 1% de l’apport calorique journalier total. Ors en France, la portion de l’apport calorique couvert par les omega-3 n’est que de 0 ,13%. Soit 8 fois moins que l’apport recommandé.

Les apports sont difficiles à assurer car les sources d’omega-3 ne sont pas facilement disponibles. On distinguera :

L’acide linolénique contenu dans les huiles végétales:

Lin, colza, noix, germe de blé, soja

Les légumes verts à feuille : mâche, laitue, pourpier

Les aliments de la ligne bleu blanc cœur

Les oméga-3 à longue chaine : EPA/DHA que l’on trouve dans les micros-algues et poissons gras.

À part, le cas des œufs enrichis en W3 dont le type d’omega-3 dépendra de l’apport alimentaire des poules : acide linolénique si elles sont nourries avec des végétaux, EPA/DHA si elles sont nourries avec des micro-algues.

L’ANSES conseille d’augmenter la consommation d’aliments qui contiennent ces sources d’omega-3, pour améliorer l’équilibre entre omega-6 et omega-3. Mais cet équilibre doit être approché en augmentant la consommation de poisson, et surtout de ne pas diminuer les apports en omega-6, en remplaçant ces apports en omega-6 par des acides gras trans (comme dans certaines margarines). Les omega-6 ont aussi un rôle dans la souplesse des membranes, et dans l’équilibre pro et anti-inflammatoire

Pour ce qui concerne spécifiquement la protection rétinienne, et en particulier la prévention de la DMLA néovasculaire, l’étude AREDS II a montré qu’un apport en acides gras de synthèse (éthyle-ester) n’a aucun rôle préventif, contrairement aux résultats de l’étude NAT qui a prouvé un effet préventif des omega-3 sous forme de triglycérides (forme naturelle des omega-3), plus riches en DHA qu’en EPA. La qualité des acides gras que l’on consomme est essentielle, et il faut s’assurer que l’on a bien un apport d’omega-3 naturel.

Enfin l’étude POLA, en comparant la population qui mange du poisson plus d’une fois par mois à une population dont la consommation de poisson est inférieure à 1 fois par mois a montré que consommer du poisson plus d’une fois par mois est protecteur contre la DMLA.

Les nouvelles recommandations de l’ANSES sont plutôt de consommer du poisson (gras de préférence) plusieurs fois par semaine.

En conclusion, les omega-3, par la diversité de leurs rôles, sont indispensables au métabolisme rétinien. Les besoins sont rarement couverts par les apports. Il est nécessaire d’augmenter notre consommation quotidienne d’omega-3, en particulier de poissons gras, que l’on devrait idéalement consommer plusieurs fois par semaine. Enfin, les omega-3 étant des molécules fragiles, il est utile de les consommer en même temps que des vitamines anti-oxydantes : vitamine E et vitamine C, et dans un but de protection rétinienne, d’associer omega-3 avec la consommation de pigments maculaires : lutéine et zéaxanthine.